Aaah... mon lit...

Publié le par Malgven

  J'ai longtemps considéré que le sommeil était du temps perdu (et d'ailleurs toujours un peu) sans pouvoir m'en passer, et même pire que ça : non seulement j'ai besoin de beaucoup de sommeil, mais en plus j'adore dormir. Et oui. Hormis quelques exceptions où l'excitation me réveille comme un enfant, où l'anxiété m'agite et me tient éveillée, j'ai une capacité à dormir assez exceptionnelle. Non que je puisse dormir très tard le matin comme mon p'tit frère où autres noctambules, mais dormir dix heures par nuit, pas de problème. Des soucis, des peines, des chagrins ? Qu'à cela ne tienne ma couette est un refuge quasi inexpugnable. (Je me souviens pourtant de quelque soirée d'insomnie chagrine comblée de Harry P*tter, je lui serai toujours reconnaissante pour cette nuit-là.) Et dire que je regretterai ces temps bénis quand viendra l'âge et ses vicissitudes, ses réveils nocturnes suivies de vaines tentatives de réendormissement... J'espère que viendra avant le temps des nuits entrecoupées de pleurs d'enfants, enfin pas trop si possible, quand même.

Commenter cet article