De Liverpool à Berlin, par procuration

Publié le par Malgven

   Cette semaine j'ai lu "La fin des paysages", de Luc Lang, et sur les conseils de ma maman bien sûr. Je crois que quelques mots de la quatrième de couverture le résument assez bien : "monologue fiévreux et alcoolique".  La forme de ce texte, sans véritables phrases et dont la ponctuation est basée sur les points de suspension,  nous invite dans la tête du narrateur et nous entraîne dans sa spirale, sa lente immersion dans l'univers d'un autre. Impressionnant. On arpente ainsi les quais plus ou moins désaffectés de Liverpool et ses pubs bondés, et on y prend la pluie, souvent , et toujours glacée (et on se réchauffe au raki, à la vodka et à l'aquavit, à la limite à la Guiness, voire tout en même temps). Atmosphère atmosphère...
   Et puis en me promenant par ci par là (sur le net toujours), j'ai repensé à "La vie des autres" - mais quel est donc le nom du réalisateur mince alors ah : Florian Henckel von Donner-smarck, à vos souhaits et merci G**gle)... oui donc : j'ai beaucoup aimé ce film, qui presque redonnerait foi en la nature humaine. Rien que ça. D'aucuns l'ont trouvé anticommuniste, disons qu'antitotalitaire serait peut-être plus juste. Et ce qu'il décrit a bien existé. (Jolie critique , mais c'est mieux de voir le film avant sinon ça gâche le suspense.) La fin de ce film fait prendre un grand bol d'espoir, et de temps en temps ça fait du bien.   
   Sur ces bonnes paroles je vous laisse et vais rejoindre mon lit temporaire du samedi soir, à demain !

Commenter cet article