Un pas de danse

Publié le par Malgven

   Je continue à naviguer dans la blogosphère vers des gens qui me ressemblent ou pas, ou un peu. J'y passe trop de temps, bien sûr, mais en ce moment qu'importe. Je suis allée me promener ce week-end, j'ai vu mon p'tit frère, ma cousine et des amis et j'ai même fait un peu de sport, ça change : sortie de ma vie d'ermite temporaire pour quelques jours, en ville (mais si, ces endroits avec plein de maisons et plein de gens où il m'est même arrivé d'habiter), me suis même pas connectée pendant... trois jours au moins ! Je me suis trouvée un cadeau de Noël avant de trouver ceux des autres, mais bon, j'ai craqué. Noël agace de plus en plus de gens je crois mais moi j'aime trop faire des cadeaux. Alors c'est pas grave si tout le monde fait pareil au même moment. Et puis j'aime bien ma famille quand même, et je ne les vois pas assez souvent pour ne pas aimer Noël. Sans doute des souvenirs d'enfance m'y aident-ils (pensée pour mes grands-parents...)
   Et puis, il y a eu aussi le dernier spectacle de Découflé, "Sombrero", avec les ombres pour thème. Et comme toujours j'ai aimé. De la danse, des jeux de lumière, de la musique : des musiciens en vrai. J'avais peut-être préféré le précédent, "Iris", mais quand même. Je suis sûre que certains lui font des tas de reproches, et moi j'en aurais quelques-uns aussi mais c'est même pas grave : des images projetées parfois un peu trop compliquées peut-être. J'ai préféré quand c'était visuellement plus "simple" : des danseurs en blanc et d'autres en noir qui "jouaient" les ombres des premiers, un danseur et son ombre, et ses ombres. Danser avec l'ombre d'un autre danseur. Moments d'émotion, et véritables prouesses techniques (d'ailleurs autant de techniciens que de danseurs dans ce spectacle). Difficile à décrire tout ça ! Quelques moments de magie volés au quotidien.
   Voilà voilà voilà, c'était bien... même si restent toujours dans la tête les préoccupations continuelles sur l'avenir de l'exploitation (et le mien accessoirement), l'impression en ce moment d'être dans une impasse. Et puis, comme toujours je repousse un peu plus loin toutes ces considérations qui ne font rien avancer (ça tourne même plutôt en rond) et je me replonge dans ma lecture. Jusqu'à la prochaine fois...

Commenter cet article