Entre découragement et possibles

Publié le par Malgven

   Alors... d'abord de la neige pour de vrai, ça y est c'est tout blanc depuis plus d'une semaine. Je m'en réjouis plutôt, malgré le surcroît de travail à la ferme, enfin pour moi ça ne change pas grand chose. Je mange un peu de calcium pour nourrir mes fourmis, ça ne peut pas me faire de mal. Mais il n'est pas sucré et parfumé à la vanille comme celui qu'on donne aux vaches. Dommage.  Week-end littéraire, rencontrer des écrivains et lire leurs livres (avant ou après). On change un peu de point de vue à réfléchir sur le livre, on fait un peu plus que lire.
   Longues discussions avec l'une et l'autre, avec ma maman et Ruz. D'où découragement temporaire : quel avenir ? Sera-t-il possible un jour de prendre un peu de temps pour nous, et un jour peut-être pour nos enfants aussi ? Les jours cesseront-ils d'être peuplés de cris ? Ces cris de colère qui restent lointains pour moi (heureusement), mais auxquels je ne m'habitue pas ou peut-être un peu quand même, malgré moi. Ils me dérangent. Me font peur parfois, me mettent en colère moi aussi.
   Je m'approprie tout de même mon lieu de vie petit à petit, mais la solution est ailleurs. Pour me sentir chez moi il nous faudra partir, nous éloigner un peu. Mais pas trop, pour des raisons pratiques. Bref, ce n'est pas si simple, ce n'est toujours pas pour tout de suite. Patience, encore de la patience...

Commenter cet article