Une idée

Publié le par Malgven

   Comme elle sortait de l'eau une pluie tiède se mit à tomber. Les odeurs de la terre libérées se déployèrent doucement. Elle ferma les yeux quelques secondes et puis courut se mettre à l'abri. Une fois sèche et devant le feu elle retourna voir la pluie. Plus forte maintenant. Il suffit de quelques jours de camping sous la pluie ou d'une journée de marche humide pour réapprécier le confort d'une maison quand il pleut. La porte grinça un peu. Et dire qu'elle avait pensé pouvoir vivre seule. Temporairement en fait, seule en attendant l'autre. Rien de très original dans ses idéaux, sinon cette solitude, peut-être ailleurs, peut-être au soleil. Et puis par la suite elle s'était fait la réflexion que c'était bien individualiste : le bonheur, ce serait juste vivre avec l'être aimé sur une île lointaine, et puis rien. Rien de plus. Et la suite ? La suite elle ne la rêvait pas. Mais seule, les pensées se mettaient vite à tournoyer dans la tête, sans pouvoir se confronter à celles d'autrui. Seule, les nuages s'amassaient vite, ils devenaient envahissants et assombrissants. Après tout, l'enfer ce n'était peut-être pas toujours les autres. Enfin pas tous les autres. Parce que rencontrer beaucoup de monde tous les jours professionnellement, c'était presque effrayant : il y avait si peu de gens avec lesquels on pourrait bien s'entendre... Un certain nombre étaient sympathiques, sans parvenir à se dire qu'un jour on pourrait s'en faire des amis, pour beaucoup d'autres les quelques échanges limités et régis par les convenances étaient cordiaux mais suffisants. Sans parler des quelques-uns franchement antipathiques.

   La pluie avait un effet un peu hypnotique. Elle se secoua (mentalement) et se dit qu'un temps pareil, cela donnait bien envie de faire de la patisserie. Elle aimait bien sortir tous les ingrédients, dans la quantité adéquate, et puis faire tous ces petits gestes nécessaires à la réussite et qui ne se voient pas dans le résultat final. Ca ressemble à la magie en fait : ah oui, être une sorcière et faire des potions... Un rêve d'enfant. Enfin et surtout, les gâteaux c'est bon. Encore plus quand on les a faits (si si). Sans gourmandise, pas de potion magique. L'inconvénient ce jour-là, c'est que cuisiner n'empêche pas vraiment de penser.

   A suivre ? Non, sans doute. Juste une idée...

Commenter cet article