La suite de mes aventures

Publié le par Malgven

   Bon, mon blog est toujours à l'heure d'hiver, où à celle de Greenwich, pas grave, faut pas chercher. (Et d'ailleurs qu'ai-je voulu dire dans la dernère phrase de mon dernier billet ? je vais voir où en est la campagne avoisinante ? oui oui ce doit être ça...) Et moi et moi et moi, j'ai les doigts, les pieds et les jambes engourdies vive les fourmis, et juste devant pas derrière (anatomie où es-tu ? territoires d'innervation au secours). Enfin, je suis allée voir le médecin (encore ! deux fois en trois semaines c'est plus que les trois dernières années) : non docteur je ne suis pas une malade imaginaire, j'ai encore un truc bizarre... et il veut m'envoyer voir le neurologue, je vais d'abord aller voir l'ORL la semaine prochaine pour mes oiseaux dans les oreilles et si mes fourmis ne vont pas se promener ailleurs je me déciderai. Dix jours déjà que je me sens comme en rentrant du ski, en permanence.
*** petite interruption***
   Ca y est, la mousse au chocolat est au frigo puisqu'il paraît qu'il me faut du magnésium. Comment ça c'est une mauvaise excuse ? D'abord je n'ai pas besoin d'excuse, j'avais envie de faire de la mousse au chocolat et c'est tout. Et pourquoi suis-je aussi fatiguée aujourd'hui ? Peut-être devant l'ampleur de ce qu'il va me falloir faire maintenant. Trouver un autre travail d'abord. Mais pas pour tout de suite si possible. Et puis en fait à peu près en même temps il faudrait que je déménage, sans doute sans savoir où je vais habiter après. Pfiouh... vivement les vacances !
   Cette semaine, incroyable, on a réussi à aller au ciné avec Elo, voir un film pas très drôle mais pas mal, "Ceux qui restent". Rencontre dans un hôpital, émouvant mais pas mélo, j'ai même pas pleuré. Le fait marquant dans l'histoire c'est plutôt d'être allées au cinéma. Et ensemble qui plus est. Avant de changer encore une fois d'univers je me dis que je ne connais pas cette région où j'ai passé une année, je suis restée enfermée au boulot ou chez moi. Et je me suis tirée tous les week-ends. Mais découvrir toute seule en fait je trouve ça triste, j'ai essayé et... je n'ai pas vraiment apprécié. Mais avant de partir j'aimerais aller faire la fête une fois, et puis aller boire un coup à la brasserie du théâtre, et tout et tout et tout... Déjà nostalgique c'est pas vrai ! Je ne quitterai pas grand monde en fait. Sans remords ni réels regrets. 

Commenter cet article