Et la mer et l'amour ont l'amer pour partage

Publié le par Malgven

   Ce billet de Dragon d'eau me replonge dans mes rêves d'océan... J'aidéjà parlé de mon attirance pour les pirates, un peu aussi de ma fascination pour la mer et les bateaux. Pour la mer réelle de mes vacances (être au bord de la mer là tout de suite ou bien demain) ou celle fantasmée de mes lectures, de mes écritures et de mes rêves, encore et toujours.
   Je me suis parfois persuadée de la futilité des bains de mer mais il a suffi que je me plonge à nouveau dans l'eau salée et houleuse de la plage de Porto pour "renouer sur ma peau l'alliance éternelle de la terre et de la mer". Une joie sauvage accompagne à chaque fois les sensations mélangées, les odeurs et le courant. L'eau chasse la torpeur et m'emplit.
   Si j'aime que le soleil ensuite me réchauffe et boive les gouttes d'eau sur ma peau, que le sable en séchant coule en ruisseaux au creux de mes reins, je me suis aussi baignée sous la pluie ou dans des eaux froides, je ne peux pas m'en empêcher (quitte à me retrouver trempée et frigorifiée, mais je ne regrette jamais vraiment).
   Je dessine encore parfois des nefs effilées aux voiles immenses, sur lesquelles je peux naviguer à l'abri du mal de mer mais sans le contact du vent, des cordes, de la mer enfin.

   Le billet de ce soir doit son titre à Pierre de Marbeuf, il cite très approximativement Camus (Noces) et continue avec Le Clézio, Le bateau ivre de Rimbaud nous accompagne évidemment, et le mot de la fin appartient à Baudelaire :
"Homme libre, toujours tu chériras la mer !"

Commenter cet article

Dragon d'eau 02/06/2008 15:22

J'aime beaucoup le titre, j'aime beaucoup le contenu...

Malgven 02/06/2008 16:02


J'ai cru comprendre que fascination il y avait pour toi aussi. Merci !