Les foins

Publié le par Malgven

   Un passage à vide et ça repart, ce fut juste un peu plus long cette fois-ci. Rien n'a vraiment bougé, je n'ai pas de nouveau boulot ni de nouvel appart mais le soleil brille, Ruz fait les foins jusques à des heures indues mais nous avons pu prendre une journée. Une journée pour ne pas faire grand chose, une journée chaude en ville, une journée pour se retrouver un peu loin des cris quotidiens. Et... on a mangé japonais. Moi qui n'aimais pas le poisson il n'y a pas si longtemps si on m'avait dit que je mangerais du poisson cru... A refaire !
   Les foins. Ah les foins... ("Savez-vous ce que c'est que faner ?") Ne pas pouvoir prendre une heure tant qu'il fait beau, et la tension qui règne. L'inquiétude de l'orage qui s'annonce et qui peut mouiller le foin déjà coupé, le matériel qui tombe en panne. Et s'il n'y avait que ça ! Mais aller botteler la paille quarante kilomètres plus bas c'est encore plus rigolo. Avec des tracteurs qui roulent... à quarante à l'heure. En descente. Quand il faut remonter les chars chargés de bottes de paille il faut trois heures. Alors n'attendez pas les travailleurs avant onze heures le soir. Et tout ça dure un mois et demi, soyons optimiste(s). 
   En montagne les foins commencent rarement avant le premier juillet, cette année ils ont commencé en avance parce qu'il fait beau, et plutôt en douceur parce que le foin est vert et sèche assez lentement. Les vaches se sauvent de temps en temps et le taureau des voisins a sauté avant-hier dans le pré des petites génisses déjà pubères mais trop jeunes pour être saillies. Sans parler des maladies qu'il peut amener. Ambiance tendue au retour à la maison. 
   Bref. Je vais pas mal travailler quinze jours en juillet et je vais prendre un week-end avec les copains, ça tombe bien !

Commenter cet article

samantdi 02/07/2008 17:29

J'aime beaucoup ce billet, la façon dont tu parles des foins. Moi qui suis originaire d'une région rurale, je retrouve bien là cette ambiance, la ronde incessante des machines agricoles, les hommes brûlés de soleil, marchant vite, secs, parfois durs...

Malgven 03/07/2008 09:53


Tu en parles bien toi aussi ! Aujourd'hui il pleut, c'est relâche.