Lo

Publié le par Malgven

   Lo, dont je vous parlais hier, mon homonyme, a été ma colocataire après avoir partagé les joies et les coups durs de deux ans de prépa puis l'euphorie de la première année (avec retour à la réalité au moment de repasser des examens en septembre). Puis j'ai continué à penser à elle régulièrement même après avoir perdu contact : à chaque fois que je fais une quiche je vois ses mains fines préparer la pâte brisée, quand je fais colorer des oignons je me rappelle sa soupe (mais non il n'y a pas que la bouffe dans la vie - mais ça compte, plutôt deux fois qu'une) ; quand j'écoute la bande originale de ces années-là et bien sûr à chaque fois que j'évoque cette partie de ma vie je revois son visage et j'entends son rire. 
   Cette intimité quotidienne des gens avec lesquels on a vécu persiste et revient à nous plus souvent que les souvenirs proprement dits.
   Elle prenait sa douche le soir et utilisait de la lessive en comprimés (j'ai encore honte de mon invasion de la salle de bains le jour où une panne de courant a immobilisé la machine à laver au milieu de son cycle), je squattais son ordinateur et son chien jouait avec mon chat. Nous avons passé des vacances ensemble avec la dernière du trio, celle qui nous a devancées sur le chemin des études, nous avons pris l'eau et le soleil, nous avons mangé des glaces et appris ensemble que nous étions reçues au concours d'entrée aux écoles vétérinaires. 
   Un jour nos amis n'ont plus été les mêmes et de ces temps plus noirs je regrette juste de m'être involontairement éloignée d'une autre amie proche, Caféine, de ne pas avoir franchi plus souvent les quinze mètres
de couloir qui nous séparaient
(On s'est rattrapées depuis hein, maintenant qu'il faut qu'on fasse au moins cent bornes...) - Mais je n'évoquerais que peu Caféine et mes autres fidèles amies ici, elles me lisent de temps en temps je n'ose.
   Malgré tout je savais que ni Lo ni moi n'avions pu tracer un trait définitif sur notre amitié, mais il a fallu du temps pour que se retrouver paraisse possible.

Commenter cet article