Moesta et errabunda

Publié le par Malgven

   Puisqu’un (ou une) internaute est arrivé(e) ici en tapant dans son moteur de recherche favori « comment se faire dévierger + image », je vais me permettre de donner quelques conseils à ce sujet, afin que les suivants qui viendraient par le même chemin ne soient pas déçus.
   Avant toute chose, je me demande sur lequel de mes billets a bien pu atterrir cette recherche. Parce que à part "neige vierge" peut-être... sinon je ne vois pas. Ou alors, et c'est là plus intéressant, cela renvoie à un billet qui n'existe pas mais que j'aurais pu écrire.
   Pour commencer, je vous relaterai donc une petite histoire racontée par ma tante à Noël. Ma tante est gynécologue, et un jour elle a reçu une jeune fille qui demandait un certificat de virginité, et qui ne trouvait aucun médecin qui accepte de le lui faire. Ma tante ne lui a rien promis, mais a bien voulu entendre son histoire. Une histoire de mariage plus ou moins imposé par la pression familiale et que la jeune fille voulait annuler. Cette annulation suppose une rupture familiale, alors elle cherche du travail, elle s'attend à rencontrer des difficultés et elle veut se battre pour vivre comme elle l'entend, avec le compagnon qu'elle s'est choisi. Elle est repartie avec son certificat, et quelques conseils.
   Nous voilà revenus aux conseils : ne comptez pas sur moi pour une description technique, vous la trouverez ailleurs (j'ai donc bien peur que finalement vous ne soyez déçus, chercheurs internautes). Je ne saurais que rappeler l'importance du désir, et puis après... laissez-vous aller, découvrez. Et puis rêvez, lisez romantique et enflammez-vous l'âme puisque les feux charnels sont à expérimenter par soi-même.
   Quant à la virginité... Peut-elle être simplement et bêtement physique, celle qui inspira ces vers :
Dis-moi ton coeur parfois s'envole-t-il, Agathe,
Loin du noir océan de l'immonde cité
Vers un autre océan où la splendeur éclate,
Bleu, clair, profond, ainsi que la virginité ?
Dis-moi ton coeur parfois s'envole-t-il, Agathe ?

(Baudelaire)

Quatrième participation aux sabliers givrés, amorce choisie par Kozlika en personne, et qui débute le billet "Keywords" de Pascal, sur son blog Finis africae.
 

Commenter cet article

Agaagla 18/01/2009 21:12

ou : comment relever sacrément le niveau !

J'ai une tendresse particulière pour ce poème, peut-être parce que mon professeur en première affirmait que c'était le plus beau du recueil...

Malgven 18/01/2009 22:00


J'aime beaucoup ce poème moi aussi, grâce à ma maman.


steph 18/01/2009 06:14

:)
les recherches google... parfois nous laissent de drôles de surprises !
dans le même genre, un des item de recherche aboutissant sur mon blog m'a marqué : "Je n'étais qu'une mouche dans mon rêve avec sarkozy"...

A ce jour, je n'ai toujours pas compris le lien, mais ce qui est sûr : ca m'a beaucoup amusé !

Bonne journée :)

Malgven 18/01/2009 15:24


Hé hé... mais cette requête en fait n'atterrissait pas sur mon blog, ce billet est une participation au jeu des billets en sabliers initié par Kozlika. Je n'ai que de banales requêtes pour le
moment. Merci de ton commentaire !


Gilsoub 16/01/2009 21:04

J'aime bien l'idée que Google devine les billet que l'on aurais put écrire, de l'autre coté, cela fais peur ;-)

Malgven 16/01/2009 21:18


Oui n'est-ce pas ?


Dragon d'eau 16/01/2009 20:31

Que c'est joli, tout à la fois léger et profond.... C'est parce que j'aurais aimé écrire quelque chose de semblable que j'ai effacé le mien...

Malgven 16/01/2009 21:18


Merci merci, j'ai failli être plus démonstrative et ça ne me convenait pas.