Vaccination FCO et floraison de papyrus

Publié le par Malgven

   La semaine dernière je suis retournée voir des vaches, embauchée temporairement dans le cadre de la vaccination contre la fièvre catarrhale ovine sympathiquement surnommée FCO. Et j'y retourne un peu cette semaine. Il y a des gens qui ont passé beaucoup de leur temps à faire ça depuis cet été, c'est un peu le bazar. Moi j'apporte une petite contribution à l'effort national (ah ben si c'est obligatoire partout maintenant de vacciner), je vois un peu les choses de l'intérieur maintenant. Mes employeurs de cette semaine, donc, sont les vétos chez lesquels j'ai fait beaucoup de stages, et chez lesquels j'ai travaillé comme ASV (assistante, secrétaire tout ça tout ça) quand j'étais étudiante. Mon premier boulot déclaré. Bref, je ne suis pas en terrain inconnu, d'autant que je squatte chez mes parents. Je retrouve à la fois des gens et des lieux, et puis aussi les sensations de quand je travaillais en rurale / faisais de la prophylaxie. Je cherche les exploitations dans ma petite voiture qui tient encore le coup, parfois grandes parfois toutes petites, je me salis et j'ai parfois peur des coups de pied (avec raison quelquefois), pour le moment je m'en sors bien. Et puis il ne fait pas trop froid !
   J'ai encore écrit des billets de blog dans ma tête sans aller jusqu'au clavier, par exemple à propos d'une route que je fais souvent, en tournant toujours à gauche au rond-point. Je n'étais jamais allée tout droit, et l'autre soir je suis arrivée par cette route que je n'avais jamais prise. J'ai même choisi cet itinéraire un peu exprès plutôt que prendre l'autoroute, pour parcourir ce chemin, pour boucler la boucle.
   J'ai toujours envie de soleil et de chaleur, et le déménagement devient possible (mais tout ne va pas sans mal). Mes doigts cicatrisent avant que je ne les martyrise de nouveau, le papyrus fleurit.

   Lecture en cours : "Des vents contraires", Olivier Adam
   La semaine dernière : "La Porte des Enfers", Laurent Gaudé

Commenter cet article