Cornemuses et pâté aux patates

Publié le par Malgven

   Eté deux-mille quelque chose, entre la fin de l'année et la thèse, encore un mois de stage mais en attendant, vacances. J'ai commencé par aller quelques jours à Toulouse voir une amie, j'ai squatté chez sa maman, rencontré son amoureux, et dansé la salsa toute une belle soirée. J'avais prévu pour la suite de revoir un ami que je ne connaissais presque que par correspondance, on se verrait à un festival de musique traditionnelle où j'étais allée plusieurs fois petite. Une double rencontre en quelque sorte, avec cet ami auquel j'avais si peu parlé et tant écrit (appelons-le Orion), et avec mes souvenirs. Mes amis toulousains m'ont gentiment amenée en voiture (je suppose que je pensais prendre le train) sur leur trajet pour Paris, et puis me voilà, avec ma petite tente dans ce petit village envahi par une foule de gens. 
   J'ai revu Orion, des amis d'enfance, j'ai écouté plein de musique. Je me suis alors rendue compte que je n'avais qu'une toute petite somme d'argent sur moi, pas de distributeur à moins de dix kilomètres et quelques jours à tenir. Pour acheter l'entrée au festival pas de problème, ils ont pris la carte bleue. J'ai donc mangé du pâté aux patates en quantité limitée, avant que mes parents qui sont passés par là ne m'amènent un peu de sous, et avec le recul je me trouve bien peu dégourdie ! Mais je suis timide, si si, et puisque je pouvais me débrouiller autrement je n'ai pas demandé d'aide.
   Pour le reste de cette aventure (à chacun les siennes...) j'ai fermé mon sac à clé et dû le forcer pour le réouvrir ; je n'avais pas amené de vêtements assez chauds et j'ai eu froid, surtout au début (ah la première nuit, j'ai gigoté régulièrement pour tenter de me réchauffer dans mon duvet). J'ai donc acheté un pull (par chèque) qui m'a bien servi. On m'a offert un maté chaud sur un stand un matin qui m'a revigorée, j'ai appris à danser la mazurka que depuis j'ai oubliée. Il y eut aussi le plaisir de revoir Orion mais bizarrement depuis on ne s'est plus écrit et je le regrette un peu. Et enfin une rencontre qui s'est avérée éphémère mais ceci est une autre histoire...

Commenter cet article